819 575-0629 / 1 877 575-0601
default-logo
LES TRÉSORS DU PÉROU
Trou bleu Belize
Slider

Se remettre d’un voyage… selon Marie-Ève

La préparation d’un voyage est souvent empreinte de la frénésie du départ : le goût de l’aventure, l’excitation de quitter son quotidien et l’envie de visiter les attractions rêvées. Le retour par contre, est plus souvent lié à la nostalgie, au retour à la réalité et parfois à la fatigue du voyage. Voici quelques trucs qui vous permettront d’atterrir tout en douceur.

 

Prendre le temps d’atterrir

Si vous le pouvez, prenez quelques jours (minimum 1 jour) pour vous remettre de votre voyage. Beaucoup de gens prévoient la fin de leur voyage la veille même du retour au travail ou du retour à l’école pour les enfants. J’ai souvent fait cette erreur et je me suis parfois retrouvée stressée à l’aéroport parce que mon avion était en retard ou encore inefficace au travail parce que j’étais trop fatiguée pour mener à bien mes dossiers. Ceci, sans parler de l’impact d’un retour brutal à l’école ou à la garderie pour les plus petits. Je vous conseille plutôt de retirer une journée de votre itinéraire, ce truc vous permettra de réduire le stress du retour. Mieux vaut prévenir que guérir!

 

Lutter contre le décalage horaire

Vous avez voyagé dans un autre fuseau horaire? Il est important de savoir vaincre le décalage horaire. Le meilleur truc pour les adultes est de casser le décalage en forçant votre système au nouvel horaire. Si vous arrivez de nuit, allez-vous coucher! Si vous arrivez de jour, essayer de rester éveillé jusqu’à une heure de coucher respectable. Le même conseil s’applique lorsque vous arrivez à destination. Sachez toutefois que le retour à la normale peut prendre plus de temps pour les enfants ou des tout-petits et que les siestes sont permises pour eux  (à lire : Voyager avec des tout-petits). Je peux vous assurer que rien ne fonctionne mieux que cette technique. J’en ai essayé plusieurs autres, comme « la technique de l’agent de bord » qui consiste à dormir 20 minutes toutes les deux heures jusqu’à ce que la nuit tombe, mais je n’arrivais jamais à me réveiller après les vingt minutes.

 

Défaire ses valises rapidement

Que vous ayez voyagé à New-York, à Singapour, à Rome ou à Val-d’Or, mettez vos valises dans le congélateur durant 72 heures. Croyez-moi! C’est le meilleur et le seul moyen sécuritaire pour tuer les « bibittes » qui auraient pu y élire domicile. Pour ceux qui trouvent cette mesure excessive, demandez-vous si vous avez le goût de faire venir un exterminateur et de laver, voire jeter, tous les tissus de votre maison? Croyez-en mon expérience, mieux vaut attendre 72 heures que de débourser quelques milles dollars en essayant de vous débarrasser de punaises de lit!

 

Une fois les 72 heures passées, lavez tous vos vêtements à l’eau chaude et faites les sécher à haute température. Pour les vêtements délicats, utilisez une machine à vapeur ou un fer à repasser.

Organiser ses photos et offrir ses « souvenirs »

Un voyage, c’est une expérience qui confère son lot de souvenirs mémorables et de photos saisissantes. Or rappelez-vous que ce qui est mémorable pour vous, ne l’est peut-être pas pour tous. Évitez donc d’être fui ou craint au bureau : faites le ménage de vos photos pour ne présenter que les plus mémorables (même chose pour Facebook… arrêtez de mettre des albums de 12 millions de photos). En faisant ce tri, vous aurez le bonheur de vous replonger dans votre voyage et de conclure l’aventure.

 

Prenez aussi le temps de remettre vos souvenirs. Je prends quelques lignes ici pour discuter de ce mot « souvenir », que nous employons pour désigner les cadeaux remis aux personnes de notre entourage. Je ne comprends pas pourquoi nous avons décidé de nommer ces cadeaux des souvenirs, puisque les personnes qui les reçoivent n’ont aucuns souvenirs de ce voyage ou de cette destination. Je vous propose de changer cette terminologie pour les appeler désormais cadeaux de voyage. Cela vous aidera même dans la sélection de ceux-ci. Rappelez-vous que la personne à qui vous offrirez le cadeau n’a pas visité les mêmes lieux que vous et n’attribuera pas la même charge émotive à votre cadeau de voyage. Cela vous évitera de payer beaucoup trop cher pour un chapeau tyrolien typique remis à votre père, qui finira probablement par mourir dans le garde-robe.

 

Planifier son prochain voyage

La meilleure façon de clore son voyage… est de planifier le prochain. C’est toujours ce que je fais, et c’est d’ailleurs ce qui me motive à reprendre ma routine avec énergie! Je planifie le moment de mon prochain départ et aussi quelques idées de destinations. Il ne me reste alors qu’à passer des heures de recherches sur mon ordinateur pour trouver les meilleures offres et les meilleurs endroits à visiter. Vous par contre, vous n’avez qu’à me contacter!

 

À propos de l'employé